Comprendre la calvitie est indispensable pour trouver un traitement efficace

Avec 10 millions de français touchés par le phénomène, la calvitie, est l’un des problèmes majeurs de notre société. Elle touche aussi bien les hommes que les femmes. Apparaissant en générale entre l’adolescence et la quarantaine, l’alopécie (l’appellation médicale de la calvitie) est causée par une multitude de facteurs (activité anormale d’hormones, la fatigue, l’hérédité etc.) Quels types de calvitie existe-t-il ? Quels sont ses symptômes ? Comment traite-t-on cette maladie ? Les réponses à vos questions dans ce dossier.

Définition et caractéristiques

La calvitie est une pathologie qui se manifeste par la disparition progressive des cheveux sur le cuir chevelu. La disparition capillaire peut être partielle ou totale. En langage technique, elle prend le nom d’alopécie. Elle touche fréquemment les hommes (30-50 ans) mais aussi les femmes.

Une calvitie ou des calvities ?

Il existe 7 types d’alopécie.

L’alopécie androgénétique
Ce type de calvitie est provoqué par les hormones mâles, les androgènes et la testostérone. Elle menace surtout les hommes mais les femmes sont également touchées surtout à l’âge de la ménopause, période durant laquelle leurs défenses hormonales n’arrivent plus à contrecarrer les actions néfastes des hormones mâles sur le cuir chevelu.

L’alopécie héréditaire
Comme son nom l’indique, elle se transmet par l’hérédité. Les parents (la mère ou le père) peuvent transmettre les gènes malades à l’enfant. Notez que l’hérédité est la principale cause de la calvitie.

L’alopécie précoce
Son nom vient de l’apparition des premiers symptômes de la calvitie à l’adolescence soit entre 14-17 ans. Généralement, elle commence sur les golfes, les tempes ou le front.

L’alopécie diffuse
Elle se manifeste par un crâne dégarni. Elle se nomme aussi l’effluvium.

La calvitie saisonnière
Ce type de calvitie apparaît au printemps ou en automne. Une maladie, la grossesse ou la fatigue peuvent en être la cause.

La calvitie de traction
Egalement connue sous le nom d’alopécie de chignon elle se manifeste par une rétraction graduelle des cheveux surtout sur la partie post frontale. Sa survenue est souvent due aux coiffures très tirées, resserrées qui entraînent une violence physique du cuir chevelu.

La calvitie naissante
Se présente sous l’aspect des tempes mi- dégarnies mais l’arrière du crâne tout comme le vertex peuvent aussi connaître de petites pertes capillaires.

Les causes de la calvitie

Les causes sont nombreuses et correspondent souvent aux typologies de calvities. En voici les 6 principales.

Le stress
Il agit sur l’hypophyse productrice d’androgènes ennemies des cheveux. Il provient des violences, chocs émotionnels, pressions professionnelles ou familiales. On dénombre trois types. Le stress de perte de cheveux, le stress majeur et le stress quotidien.

La fatigue
La fatigue accrue qu’on appelle aussi l’asthénie peut parfois être à l’origine de la perte de cheveux. Elle affaiblit tout le système organique lié à la pilosité crânienne provoquant un ralentissement des synthèses et secrétions des hormones, du sang et de tout le reste.

La testostérone
La testostérone est l’hormone mâle dont le croisement avec les 5 alphas réductase donne la DHT, l’hormone accélératrice de la poussée exagérée des cheveux. Elle fatigue le cuir chevelure qui donne des cheveux de plus en plus fins ce qui conduit inévitablement à l’alopécie bien visible.

La carence de fer
Le manque de fer (moins de 40ng/l de sang dans l’organisme) fait chuter les cheveux car le fer donne de la force aux globules rouges qui fortifient les tissus fabricateurs des cheveux en leur fournissant suffisamment d’oxygène.

L’hérédité
C’est la cause principale de la pelade chez les hommes du fait que ceux-ci produisent abondamment les hormones androgènes qui, avec l’hypophyse, catalysent le dysfonctionnement du cuir chevelu qui se recouvre de cheveux fins.

Les hormones mâles
Elles créent une surabondance de cheveux surtout quand leur chemin croise celui de l’enzyme 5 a-reductase. Seuls les œstrogènes, hormones féminines peuvent inhiber leurs forces négatives sur le cuir chevelu.

A quel âge débute la chute de cheveux?

Tout dépend du type de la calvitie. La perte de cheveux peut survenir à partir de l’adolescence (14-17 ans), surtout chez les garçons. Avant 35 ans, la femme peut détecter une diminution de plus de 100 cheveux par jour puis 200 pertes pileuses au quotidien. Globalement les chiffres montrent qu’à 20 ans 20% de personnes sont susceptibles d’avoir une calvitie puis 30% à 30 ans, 40% à 40 ans et une personne sur deux à 50 ans.

Les symptômes de la calvitie

Les symptômes de l’alopécie sont identiques aux deux sexes. La diminution des cheveux sur la tête, une perte capillaire soudaine en formes arrondies, sur les fronts des tempes…c’est le creusement plus ou moins symétrique et bien progressif des golfes frontaux, puis un dégarnissement du toupet, du sommet de la tête. Notons que chez la femme on assiste quelques fois à des chutes diffuses où l’on voit la raie médiane s’élargir.

Quelles parties de la tête sont touchées par la calvitie ?

Chez l’homme il s’agit des golfes frontaux, des tempes et du front. Parfois on voit le creusement profond des golfes, une perte de cheveux sur la tonsure/tourbillon. Le vertex s’éclaircit progressivement. Les tempes des femmes peuvent dans certains cas être touchées, le front aussi mais le tourbillon rarement. Nous vous conseillons d’étudier l’échelle de Norwood Hamilton qui montre les zones touchées et l’évolution de la calvitie.