DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET L’ACCOUCHEMENT
Juste après un accouchement un certain nombre de femmes connaissent un problème de chute de cheveux

Parfois certaines femmes, ayant considéré leur chute de cheveux comme normale constatent par la suite qu’elles souffrent d’une perte de cheveux après grossesse à un stade déjà avancé. Alors, en cas de doute, ayez le bon reflexe de consulter la personne adéquate pour un diagnostic de la perte de cheveux survenant après l’accouchement. Lisez la suite de l’article pour découvrir le type de médecin à consulter.

Le dermatologue, spécialiste des cheveux

Comme le problème capillaire est indissociable de la santé du cuir chevelu, pensez à consulter un dermatologue, spécialisé dans le traitement de chute de cheveux pour confirmer vos soupçons.

Les examens cliniques permettent de détecter les signes et les symptômes évocateurs de l’alopécie post-partum. L’observation du cuir chevelu, qui consiste à étudier l’aspect du cheveu et de la densité de la chevelure, sera complétée par des questionnaires, afin de déterminer l’ancienneté du trouble capillaire, mais aussi pour mieux connaitre le mode de vie du patient. Cet examen clinique lui servira à établir une relation de cause à effet avec le mode de vie du patient ou à écarter toutes causes infectieuses pouvant l’induire en erreur.

Cet examen clinique, qui sera éventuellement complété par un trichogramme, est souvent accompagné par un bilan sanguin ou un bilan hormonal, pour mieux affiner le diagnostic. Surtout si les suspicions cliniques font penser à une anémie, aux carences en éléments nutritifs ou encore au dérèglement hormonal, qui sont les principales causes de la chute de cheveux après l’accouchement. Une fois le diagnostic établi et les causes identifiées, le dermatologue vous prescrira les traitements adéquats ou vous orientera vers un endocrinologue en cas de besoin.

L’endocrinologue pour enrayer les problèmes hormonaux

Si les examens sanguins révèlent un déséquilibre hormonal, soupçonné être l’origine de l’alopécie post-partum, il vaut mieux consulter un endocrinologue sans tarder. Il sera en mesure d’établir un diagnostic plus approfondi de la perte de cheveux si elle est en relation avec l’accouchement. Surtout quand la repousse ne reprend pas spontanément, après un certain laps de temps.

L’examen clinique qui lui permettra de constater les symptomes et autres signes annonciateurs de troubles hormonaux seront complétés par une prise de sang, pour confirmer ses suspicions cliniques.

Le résultat du bilan hormonal lui permettra d’identifier les causes telles qu’un taux d’androgènes anormalement élevé ou une faible production d’hormones féminines, responsables de la perte de cheveux. Il pourra alors prescrire un meilleur soin pour favoriser l’équilibre hormonal, qui aura des répercussions sur la santé du cuir chevelu et des cheveux.

L’expert capillaire pour un bilan complet

Le spécialiste capillaire est également apte à diagnostiquer une perte de cheveux, suite à un accouchement. En effet, son observation de l’aspect de la tige pilaire, du cuir chevelu et de la densité de la chevelure lui permet de confirmer une modification de la structure de votre chevelure, un des signes précurseurs du début d’une alopécie post-partum.

Le bilan capillaire, qui consiste à étudier quelques brins de cheveux, sert à confirmer une éventuelle perturbation du cycle de vie du cheveu. Le trichogramme permet en effet d’établir un rapport entre les différentes phases capillaires, notamment le rapport anagène/télogène.

Les résultats de ces différents examens confirment seulement les symptômes d’une alopécie, mais pour identifier les causes, ils doivent être complétés par un bilan sanguin ou un bilan hormonal, surtout si les soupçons portent sur un éventuel manque de fer, sur des carences alimentaires ou encore des troubles thyroïdiens.

DOSSIER COMPLET : PERTE DE CHEVEUX ET L’ACCOUCHEMENT