DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET L’ACCOUCHEMENT
Juste après un accouchement un certain nombre de femmes connaissent un problème de chute de cheveux

Même si dans la majorité des cas, la chevelure repousse spontanément quelques mois après l’effluvium, la perte de cheveux après un accouchement doit être prise en charge à temps, pour stimuler la repousse et retrouver rapidement une superbe chevelure. Découvrez les traitements les plus utilisés et qui offrent plus d’efficacité pour stopper la perte de cheveux, survenant après l’accouchement.

Le traitement capillaire local

Le traitement capillaire local est efficace en cas de chute de cheveux réactionnelle, telle que l’effluvium télogène. Il s’agit en effet d’action locale, centrée sur la racine des cheveux, afin de booster la repousse par stimulation de la microcirculation du cuir chevelu et des follicules pileux.

Ce traitement local consiste à appliquer sur le cuir chevelu des produits riches en nutriments essentiels comme la vitamine E et celles du groupe B. Il permet en effet de renforcer les tiges pilaires pour qu’ils deviennent plus épais, mais aussi de stimuler les bulbes pileux, en favorisant la production de la kératine.

Que vous optiez pour une lotion à appliquer quotidiennement ou un sérum à utiliser après chaque shampoing, il faut faire preuve de patience, puisque la cure doit durer au moins 3 mois pour donner des résultats satisfaisants. C’est le temps nécessaire à la repousse pour bénéficier de l’action des nutriments essentiels sur le cuir chevelu.

La supplémentation en fer

La supplémentation en fer est recommandée si la jeune maman présente des signes d’anémie ou si le manque de fer est identifié comme cause de la chute de cheveux post-partum. Ceci consiste à apporter à l’organisme, par médication, le fer nécessaire aux besoins de la mère et de l’enfant, surtout en cas d’allaitement.

L’assimilation du fer par l’organisme est optimisée si le médicament est pris au moins 1/4 d’heure avant le repas et si elle est accompagnée d’une alimentation riche en vitamine C. cette vitamine est essentielle à l’absorption du fer.

Pour obtenir des résultats probants, laissez au médicament le temps d’agir, en faisant une cure de fer qui durera au moins 3 mois. C’est le temps nécessaire à l’organisme pour former des globules rouges et pour relancer la vascularisation des bulbes pileux. Ce type de traitement peut être prescrit par un dermatologue, spécialisé dans le soin de la calvitie.

Le rééquilibrage alimentaire

Il est conseillé de compléter les traitements capillaires externes par un rééquilibrage alimentaire, afin d’éviter la prise de compléments alimentaires, pouvant affecter la santé de l’enfant allaité.

Ce traitement consiste à apporter à l’organisme les éléments nutritifs dont il a besoin, dans de bonnes proportions, afin d’enrayer les carences alimentaires. Surtout si les carences en vitamines, en protéines, en fer, en oligo-éléments comme le zinc, sont à l’origine de la perte de cheveux après l’accouchement.

Au début, il est préférable de recourir à un nutritionniste pour établir des menus équilibrés, jusqu’à ce que les signes d’une carence alimentaire disparaissent. Parfois, l’adoption d’un nouveau style de vie et d’une hygiène alimentaire donnent des résultats efficaces pour stopper l’alopécie post-partum.

Les remèdes homéopathiques et la détente pour déstresser

Aborder la maternité avec sérénité vous permettra d’éviter le stress, qui s’avère être un facteur déclencheur de l’alopécie post-partum. Vous pourrez vous accorder un moment pour vous détendre ou recourir à des remèdes homéopathiques.

Vous pouvez aussi compléter vos traitements contre la perte de cheveux après accouchement par des remèdes naturels et un apport équilibré en éléments nutritionnels. Ces produits naturels boostent votre système immunitaire et ils vous aident également à faire face sereinement aux pressions quotidiennes, en adoptant un nouveau mode de vie après la naissance du bébé. La prise de remèdes naturels et l’adoption d’une vie équilibrée doivent faire partie de vos habitudes pour en tirer bénéfices à le long terme.

DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET L’ACCOUCHEMENT