DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET GROSSESSE 
Comment soigner la calvitie pendant la grossesse ?

Si l’alopécie post-partum est la forme la plus connue de perte de cheveux passagère chez la femme, il existe des cas de perte de cheveux survenant pendant la grossesse. Quelles sont les causes de ce phénomène ? Comment soigner la calvitie ? Les questions à toutes vos réponses dans ce dossier.

Définition

La chute de cheveux est normale lorsque la perte est de l’ordre de 50 à 100 cheveux par jour. Mais lorsque la femme enceinte constate une chute de cheveux par poignées, à chaque brossage ou à chaque shampoing, et ce, pour une durée de 6 semaines et plus, il est probable qu’elle se trouve face à un début d’alopécie. La perte de cheveux peut survenir à tout moment, au début de la grossesse, à partir du 4eme mois ou un peu avant l’accouchement.

Causes

Les causes de la perte de cheveux pendant la grossesse sont souvent liées aux changements physiologiques qui surviennent durant la grossesse, entre autres à l’augmentation des besoins en nutriments essentiels pour le développement du fœtus. Parmi les causes de la perte de cheveux au cours de la grossesse, on peut citer :

1). La carence en fer ou le taux insuffisant de ferritine

La réserve en fer de la mère a tendance à baisser si l’apport en fer est insuffisant pour compenser celui utilisé au développement du fœtus. Or ce manque de fer perturbe le cycle de vie du cheveu et entraîne sa chute.

2). La carence en vitamines B6, en zinc et en protéines

Sans un apport convenable en nutriments essentiels pour assurer le besoin du fœtus et de l’enfant, ceux de la mère s’épuisent rapidement. Cela se manifeste au niveau des phanères : les ongles, les cheveux, le poil et les dents.

3). Le stress émotionnel

La femme enceinte peut connaître une chute de cheveux 3 ou 4 mois après un stress émotionnel. Or, ce stress favorise une surproduction d’androgène dans l’organisme. Ce qui occasionne un dérèglement hormonal ayant des effets néfastes sur le cycle de vie du cheveu.

Symptômes et personnes à risque

Quelques symptômes de la perte de cheveux quand on est enceinte sont décelables. Il y a lieu de s’inquiéter lorsque vous peignez vos cheveux et qu’il en tombe par poignées, alors qu’il ne doit tomber qu’entre 50 et 100 brins par jour, ou encore, si vous remarquez un dégarnissement notable au niveau de la raie centrale de votre crâne et que parallèlement avec la chute de cheveux vous ressentez une grosse fatigue.

Ce phénomène capillaire est rare, comparé à celui de l’alopécie post-partum, cependant il peut toucher des catégories de femmes telles que :

  • Les femmes diagnostiquées anémiques avant leur grossesse et enclines à la fatigue.
  • Les femmes souffrant de problèmes thyroïdiens, source de dérèglement hormonal.
  • Les végétaliennes souffrant de carence en fer, en protéines et en vitamines.
  • Les femmes enclines au stress.
  • Les femmes qui ont une prédisposition à la calvitie androgénétique.

Diagnostic de la perte de cheveux pendant la grossesse

Si vous remarquez une modification de la structure de votre chevelure, avec des cheveux ternes, cassants et frêles et que depuis quelque temps, vous perdez des cheveux avec leurs bulbes, pensez à demander un diagnostic pour confirmer la perte de cheveux. Adressez-vous à un dermatologue spécialiste de la chute de cheveux. Vous pouvez également vous référer à un expert capillaire, spécialisé dans le traitement de la calvitie.

Ce diagnostic qui permet d’établir une relation de cause à effet, consiste à étudier la structure de votre chevelure, la santé de votre cuir chevelu ou encore le rapport entre les cheveux en phase anagène et les chevaux en phase télogène. Ce diagnostic peut être complété par un bilan hormonal ou un bilan sanguin qui aideront le spécialiste à identifier la ou les causes de la perte  de cheveux, dans le but d’en prescrire un traitement adéquat

Traitements

L’identification de la cause de l’alopécie permet de choisir les remèdes pour stopper la chute de cheveux pendant la grossesse.

  • Le traitement local, par la stimulation du cuir chevelu, est conseillé si les problèmes se situent au niveau des glandes sébacées. les nouvelles repousses seront plus vigoureuses et plus saines, suite à l’application du sérum capillaire adapté.
  • Le traitement par voie orale favorise l’apport de nutriments essentiels à la santé de la chevelure. Il peut s’agir de compléments alimentaires ou de remèdes homéopathiques ayant des vertus sur la repousse des cheveux.
  • Le traitement hormonal, prescrit par l’expert en chute de cheveux, est recommandé en cas de causes plus profondes comme les problèmes thyroïdiens afin de réguler les taux d’hormones dans l’organisme.
DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET LA GROSSESSE