DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET GROSSESSE
Comment soigner la calvitie pendant la grossesse ?

Le choix des traitements pour stopper la chute de cheveux quand on est enceinte dépend de la ou des causes, identifiées lors du bilan capillaire. Même si le but de tous les traitements consiste à arrêter la chute et à stimuler la repousse, éradiquer la source du problème permet d’obtenir des résultats efficaces.

Le traitement capillaire local

Il peut s’agir d’antichute sous forme de sérum capillaire ou de lotion à appliquer sur le cuir chevelu, afin de favoriser sa circulation sanguine. Ce type de produit agit directement sur les bulbes capillaires, en stimulant les follicules pileux. Il s’en suit une reprise du cycle de vie capillaire avec des cheveux plus sains et plus forts.

Pour être efficace, le traitement capillaire local est recommandé en cure de trois mois au minimum, à raison d’une application par semaine. La durée de la cure correspond au temps physiologique mis par le cuir chevelu pour assimiler les principes actifs des produits.

Il est primordial que le traitement soit prescrit par un dermatologue, compte tenu de l’état de grossesse. Cela permettra d’éviter les produits fœtotoxiques, qui peuvent nuire au fœtus. Le traitement capillaire local est utilisé comme traitement d’appoint, surtout si, pour éradiquer les causes de la chute, la prise de traitement oral est recommandée.

La supplémentation en fer

La supplémentation en fer fait partie des traitements pour enrayer la chute de cheveux pendant la grossesse, si la cause de la chute s’avère être l’anémie ou le faible taux de ferritine dans le sang. Ce soin consiste à booster l’apport en fer, qui est un élément essentiel à la fabrication de l’hémoglobine et l’oxygénation des cellules sanguines.

Pour optimiser l’assimilation du fer par l’organisme, il est recommandé de prendre les médicaments au moins ¼ d’heure avant le repas. Ce traitement est à compléter par une alimentation riche en vitamine C qui permet d’optimiser l’assimilation du fer dans l’organisme.

Pour que la cure soit efficace, il faut qu’elle dure au moins 3 ou 4 mois, le temps nécessaire aux globules rouges de se former et nécessaire à l’organisme de favoriser une vascularisation efficace du cuir chevelu. Ainsi, les bulbes nourris et les follicules pileux stimulés déclenchent un cycle capillaire plus stable. La supplémentation en fer peut être prescrite par le gynécologue ou le dermatologue, sur la base d’un bilan sanguin, confirmant la carence en fer.

Les compléments alimentaires

Il s’est avéré que les carences alimentaires sévères peuvent fragiliser les cheveux qui finissent par tomber. Dans ce cas, les traitements suggérés pour stopper la chute de cheveux pendant la grossesse consistent à apporter à l’organisme les éléments nutritifs essentiels à la santé de la chevelure, par le biais des compléments alimentaires.

Pour garantir l’efficacité de votre traitement, le choix du ou des compléments alimentaires se feront en fonction de vos besoins, basé sur le résultat de votre bilan capillaire. Votre dermatologue vous prescrira des compléments alimentaires riches en vitamines du groupe B, en acides aminés soufrés, en zinc, selon les causes du trouble capillaire.

Pour que le traitement soit efficace, il faut que la cure dure au moins 3 mois. Le temps pour l’organisme de reconstituer son stock en éléments nutritifs et de permettre à ces derniers d’agir sur les bulbes capillaires, afin de stimuler la production de kératine.

Les traitements à base d’hormone

Si la cause est un dérèglement hormonal dû au stress ou aux problèmes thyroïdiens, les traitements recommandés pour enrayer la chute de cheveux pendant la grossesse, seront basés sur la prise de médicaments pour réguler vos taux d’hormones. Ces médicaments seront prescrits uniquement par un endocrinologue, qui se référera sur le résultat du bilan hormonal. Et en attendant que les traitements internes fassent effet et pour limiter la chute de cheveux, des traitements capillaires locaux sont recommandés, parallèlement à la prise de médicaments.

Les remèdes homéopathiques

Il s’est avéré en effet que le stress est un facteur déclencheur de la chute de cheveux. Dans la mesure où elle déstresse et permet de rester sereine, la médecine douce, comme l’homéopathie, peut aider à lutter contre la perte de cheveux.

Les remèdes naturels peuvent en effet booster le système immunitaire, en fournissant à l’organisme les éléments nutritifs et l’énergie dont il a besoin pour une meilleure vascularisation du cuir chevelu.

L’homéopathie est recommandée pour compléter les traitements contre la chute de cheveux pendant la grossesse, puisqu’il est essentiel d’avoir un mode de vie plus équilibré afin d’éviter un niveau de stress élevé.

DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET GROSSESSE