DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET L’ACCOUCHEMENT
Juste après un accouchement un certain nombre de femmes connaissent un problème de chute de cheveux

La perte de cheveux après accouchement est l’une des formes d’alopécies passagères les plus courants chez la femme. Certains cas s’arrangent de façon spontanée et d’autres non.  Découvrez les principales causes, les symptômes et sachez à qui s’adresser pour obtenir un diagnostic juste et des traitements efficaces pour soigner la calvitie.

Définition

Appelée également alopécie post-partum, la perte de cheveux après l’accouchement survient après la naissance du bébé ou à la suite du sevrage. La chevelure, souvent magnifique et vigoureuse pendant la grossesse, perd sa vigueur, s’affinent et tombent en masse dans les mois qui suivent la délivrance. Les conséquences de l’alopécie post-partum non traitée convenablement se traduisent par des cheveux fins et fragiles, car la repousse peut prendre 8 mois.

Causes

Il existe plusieurs causes de la perte de cheveux après accouchement qui peuvent être pathologiques ou non. Outre la perturbation hormonale, l’alopécie post-partum peut être les conséquences du stress et des carences sévères en éléments nutritifs.

L’œstrogène, hormone féminine indispensable au bon déroulement de la grossesse, agit également sur la structure de la tige pilaire, qui devient plus beau et plus vigoureux. Mais lorsque la concentration de ces hormones chute après la délivrance, les cheveux perdent leur vitalité. Cette chute d’œstrogène influence également le cycle capillaire. Les brins en phase télogène, maintenus par l’action de l’œstrogène tombent alors en abondance.

Le stress dû au changement de vie, suite à la naissance du bébé, peut éprouver la jeune maman. Et pour lutter contre les tensions nerveuses provoquées par des situations de stress permanentes, l’organisme augmente sa production d’androgène. Ce trouble hormonal entraîne une modification de la structure de la chevelure qui finit par tomber.

La fatigue et les carences en nutriments essentiels comme le fer sont également responsables de la perte de cheveux après l’accouchement. La délivrance s’accompagne en effet de perte de sang assez important, et cela provoque une baisse du taux de ferritine dans l’organisme de la femme, d’où la fatigue et le manque de vitalité des cheveux.

Symptômes et personnes à risque

Pour différencier la perte de cheveux normale de l’alopécie post-partum, il vaut mieux reconnaître certains symptômes de la perte de cheveux après accouchement. Mais il est temps de s’interroger si les cheveux tombent par poignées après chaque brossage ou après chaque shampoing, et si les cheveux restants deviennent ternes et cassants. Alors, au cas où vous remarquez que votre crâne se dégarnit après votre accouchement et que les cheveux continuent de tomber au-delà de quelques semaines, pensez à consulter un médecin car il se peut que vous soyez face à un cas d’alopécie post-partum.

Toutes les femmes nouvellement accouchées ne connaissent pas de perte de cheveux, il existe un groupe de personnes plus enclin à souffrir d’alopécie post-partum :

  • Les femmes souffrant d’anémie avant ou pendant la grossesse.
  • Les femmes souffrant de problèmes thyroïdiens
  • Les végétaliennes qui ne mangent pas de viande : source de fer et de protéines
  • Les femmes enclines à la fatigue ou au stress post-partum

Diagnostic de la perte de cheveux après accouchement

Si la chute de cheveu semble anormale et présente quelques uns des symptômes d’une alopécie et que cela persiste au-delà de 12 semaines, alors il est préférable de consulter un médecin, un dermatologue ou un expert capillaire pour diagnostiquer la perte de cheveux après accouchement.

L’objectif de ce diagnostic est de déterminer les causes de la chute de cheveux afin de choisir les traitements adaptés. Cela consiste à observer l’aspect de la chevelure et de la structure des bulbes et des tiges pilaires, le plus souvent à l’aide d’un trichogramme. Et pour affiner son diagnostic et écarter certaines pistes, le spécialiste peut recourir au bilan hormonal ou au bilan sanguin.

Traitements

Il existe de nombreux traitements pour stopper la chute de cheveux après avoir accouché. Le plus connus étant :

  • La stimulation de la repousse de cheveux par l’utilisation de traitement local tel que l’application de lotions ou de sérum capillaire. Il s’agit d’apporter à la chevelure des nutriments essentiels à sa croissance, et qui vont lui donner de la matière et de la vigueur. Les cheveux tombés seront alors remplacés par des repousses saines.
  • Le traitement par voie orale : il s’agit de compléments alimentaires ou des remèdes homéopathiques qui apportent à l’organisme les éléments nutritifs essentiels pour combler les carences en nutriments, cela peut être une cure de fer, de magnésium ou de vitamines.
  • La prise de médicaments pour stimuler l’équilibre hormonal. Ce traitement, prescrit par un endocrinologue, est recommandé en cas de bouleversement hormonal dû aux problèmes thyroïdiens.
DOSSIER : PERTE DE CHEVEUX ET L’ACCOUCHEMENT